Nerium oleader: un organe bizarre

A la découverte des végétaux, comment sont-ils arrivés en France, ...
Avatar de l’utilisateur
pascual
Fleur de pipelette
Messages : 686
Inscription : lun. 06 févr. 2006 15:25
Région : Bretagne
Localisation : Quimper (29)
Contact :

Re: Nerium oleader: un organe bizarre

Message par pascual » mar. 08 mars 2016 16:32

La cause, c'est toujours le problème une fois posé le diagnostic :-)

Les malformations de fruits peuvent avoir beaucoup d'autres origines encore : déséquilibre alimentaire, manque de lumière, parfois même variété : certains cultivars sont peu fertiles parce qu'il y a des modifications de la physiologie du style ou de l'ovaire : du coup les gousses peuvent être difformes, ovales, rarement normales, juste parce que les gènes qui codent pour la structure du placenta ont muté...

Mais bon, dans le cas présent je voterais plutôt pour une sensibilité particulière de cette variété à des maladies qui font avorter le fruit en fin de floraison.

Avatar de l’utilisateur
bourru07
Empereur jardinier
Messages : 17672
Inscription : sam. 03 août 2013 13:36
Région : Languedoc Roussillon
Sexe : Homme
Localisation : Ardèche cévenole méridionale . 350m. Zone de l'olivier.

Re: Nerium oleader: un organe bizarre

Message par bourru07 » mer. 09 mars 2016 10:42

Une hypothèse. Recevable ou pas ?
    • Qu'une bestiole ait boulotté le collet de l'amorce de gousse,
      lors de la nouaison?... Empêchant ainsi son allongement naturel?
Quel insecte ? Ça, c'est un autre problème.
Il faudrait qu'il soit pourvu d'immunités particulièrement efficaces pour ingérer
les substances toxiques produites par le laurier-rose.
Les photos pourraient le laisser croire.
    • 817 z.jpg
Une chose est sûre : Si cela recommence cet été, je vais jouer de la macro.
Peut-être même du microscope, chez un copain, pour examiner des coupes.[/color][/i]
Passer pour un idiot, aux yeux des imbéciles, est un plaisir de fin gourmet... Georges Courteline

Échanger des photos de belles sauvages rencontrées en balade

Répondre

Revenir à « Aux origines »