Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

De part leur culture contraignante et difficile, les érables du Japon méritent leur propre forum
opusoculi
Maitre des bosquets
Messages : 5978
Inscription : jeu. 01 sept. 2011 1:26
Région : Aquitaine
Sexe : Homme
Localisation : Gironde

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par opusoculi »

reggy a écrit : dim. 15 nov. 2020 19:38
Sur certaines espèces la branche greffée conserve son axe de croissance originelle qu'elle avait que son arbre mère. Ce n'est pas le cas sur les érables mais on doit bien être un peu différents des dispositions naturelles que tu nous présentes non ?
Conserver dans une greffe, l’axe de croissance d'origine ? Drôle de question.
Les greffes d’Acer, de fruitiers et d’autres arbres ne diffèrent pas.
Les greffes d’une variété d’érable et même la greffe d’une espèce entière sur un porte greffe qui améliore l’adaptation au caractéristiques du sol,
toutes se font avec un rameau sans bourgeon terminal.
Le greffon est soit un oeil dormant (greffe en écusson et variantes), il n’y a pas de bourgeon terminal.
soit avec une section de rameau comprenant 2 ou 3 yeux latéraux (greffes en fente et variantes).
Je ne sais pas d’où te vient l’idée qu’une greffe d’érable conserverait l'axe de croissance de l'arbre mère.

Cette pratique est traumatisante, faut-il la désapprouver ? Ce n’est pas mon opinion mais certains ne la trouvant pas naturelle la désapprouvent au nom des perturbations ontogeniques = ontogénétiques que nous ‘infligeons’ aux êtres vivants y compris nous-même.
Le débat existe depuis la fin du 19°S dans toutes les sciences du vivant, y compris dans la psychanalyse et la médecine des humains.

La première partie de ta question, Misologue y a répondu muni de son artillerie théorique habituelle :) je salue le travail.
J’apprécie particulièrement l’apparition du mot ‘cultivar’ à sa place dans les deux dernières lignes.
Dernière modification par opusoculi le mer. 18 nov. 2020 0:11, modifié 3 fois.
Mes érables , printemps automne 2019. http://jalbum.net/a/1973986
Année 2018. http://jalbum.net/a/1974352
opusoculi
Maitre des bosquets
Messages : 5978
Inscription : jeu. 01 sept. 2011 1:26
Région : Aquitaine
Sexe : Homme
Localisation : Gironde

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par opusoculi »

Rejane59 a écrit : mar. 17 nov. 2020 13:16 Bonjour à tous.
Je ne trouve pas de Nordox dans le commerce. J'ai trouvé un produit à base de cuivre qui traite les poiriers. Apparemment c'est la même chose mais c'est en granulés donc quand je lis qu'il faut appliquer épais au pinceau ..... pourriez-vous éclairer ma lanterne sur ce sujet svp ?
Le nom de la substance active (c’est ça qui compte) se trouve sur une des deux tranches du paquet. Il faut toujours vérifier.
On lit : oxychlorure de cuivre ou autre formules au cuivre, si tu lis oxyde cuivreux c’est du Nordox. Pas de souci, tout marche.

Un produit à base de cuivre non en poudre mais en granulés est conditionné pour se dissoudre dans l’eau.
Soit tu dilues à la dose indiquée et tu pulvérises, soit tu en dissous une cuillère à soupe dans 3 cuillères à soupe d’eau pour le passer au pinceau sur les coupes ou les taches suspectes que pourraient présenter les bois. Ce sont les 2 utilisations, la 2° ne figure pas sur le mode d’emploi.
Mes érables , printemps automne 2019. http://jalbum.net/a/1973986
Année 2018. http://jalbum.net/a/1974352
Rom01984
Graine de timide
Messages : 61
Inscription : lun. 19 oct. 2020 9:04
Région : Rhone Alpes
Sexe : Homme

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Rom01984 »

opusoculi a écrit : mar. 17 nov. 2020 20:43
Rejane59 a écrit : mar. 17 nov. 2020 13:16 Bonjour à tous.
Je ne trouve pas de Nordox dans le commerce. J'ai trouvé un produit à base de cuivre qui traite les poiriers. Apparemment c'est la même chose mais c'est en granulés donc quand je lis qu'il faut appliquer épais au pinceau ..... pourriez-vous éclairer ma lanterne sur ce sujet svp ?
Le nom de la substance active (c’est ça qui compte) se trouve sur une des deux tranches du paquet. Il faut toujours vérifier.
On lit : oxychlorure de cuivre ou autre formules au cuivre, si tu lis oxyde cuivreux c’est du Nordox. Pas de souci, tout marche.

Un produit à base de cuivre non en poudre mais en granulés est conditionné pour se dissoudre dans l’eau.
Soit tu dilues à la dose indiquée et tu pulvérises, soit tu en dissous une cuillère à soupe dans 3 cuillères à soupe d’eau pour le passer au pinceau sur les coupes ou les taches suspectes que pourraient présenter les bois. Ce sont les 2 utilisations, la 2° ne figure pas sur le mode d’emploi.
Merci Opusoculi pour ces conseils!
Misologue1
Fleur de pipelette
Messages : 810
Inscription : mer. 18 juil. 2018 8:55
Région : Picardie
Sexe : Homme

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Misologue1 »

Poursuivons l’explication :

Nous savons que les Gibbérellines stimulent la croissance des plantes en général et des Acer en particulier. La synthèse des GA se situe au niveau des méristèmes apicaux, mais surtout racinaires. Plus précisément, c’est au niveau des jeune tissus en expansion que l’on trouve les plus fortes concentrations de GA (chez les Acer, le système racinaire est un mélange de système " en cœur " et " traçant ", nous en reparlerons…).

Nous savons aussi que les protéines DELLAs inhibent l’action des GA, donc la croissance, en bloquant l’expression de certains gènes. Mais les plantes ont du génie et elles sont capables de moduler leur croissance et leur développement pour s’adapter aux stress environnementaux (ce qui implique une mutation dont le résultat est transmissible…). Et, comme je l’ai déjà dit, l’action des hommes, dont celle de la taille, a une grande influence !

Dans ce processus, le rôle des GA est essentiel puisqu’elles sont les médiateurs entre la perception d’un signal environnemental et la réponse endogène sur la croissance.

Le premier facteur de cette régulation est donc très logiquement le système racinaire du porte-greffe. Les études ont montré qu’en règle générale le porte-greffe et le greffon n’interagissent pas ou très peu sur le plan ontogénétique. Mais le transport des GA est aussi bien acropète (de la base vers le sommet) que basipète (du sommet vers la base). Les GA bioactives synthétisées dans le méristème racinaire sont mobilisées en priorité vers l’endoderme (zone la plus interne de l’écorce des racines) pour y réguler leur croissance sur le principe d’un transport de courte distance.

Pourtant, des études montrent que la sève xylémienne (sève brute ascendante), prélevée sur les parties aériennes, est riche en sels minéraux, acides aminés et composés organiques, mais sans aucun sucre (le phloème, le tissu conducteur de la sève élaborée descendante, contient des glucides issus de la photosynthèse). Et ainsi, différentes configurations environnementales, mettent en évidence l’importance du transport acropète de la Ga sur de longues distances : en présence d’un excès d’eau dans le sol, la concentration de GA dans les parties aériennes est très fortement réduite, limitant de fait la croissance (il faudrait tenir compte des différents horizons du sol pour savoir quels types de racine sont en croissance, en condition humide ou sèche…), tandis qu’une température trop basse du sol met en dormance les bourgeons et plus la température augmente (au printemps), plus les quantités de GA présentes sont importantes. Ce phénomène illustre bien l’importance de l’acide abscissique (ABA) : son action est antagoniste à celle de la GA, mais une mutation, introduite par le changement climatique, par exemple, ou une hybridation contrôlée (???), pourrait diminuer la production d’ABA et ainsi rendre l’Acer moins sensible à la température du sol en inhibant la levée de dormance lorsqu’un gel tardif se produit…

Il est dit qu’en l’absence de mutation, les racines d’un Acer ne commencent à s’allonger qu’après le débourrement, une fois que l’activité de la photosynthèse permet de les nourrir. En réalité, le transport basipète de la sève élaborée contenant de la GA, stockée à la limite entre les unités de croissance des branches, au niveau du collet et, en petite quantité, à la base des charpentières et des réitérats situés dans le houpier, permet aux plus fines racines de s’allonger même si une chute brutale de la température empêche le débourrement.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la Ga endogène est toujours transportée du porte-greffe vers le greffon, c'est-à-dire sur de longues distances, avec toutes les modifications que le génotype du porte-greffe peut engendrer sur le phénotype du greffon.

Nous verrons cela, aujourd’hui je n’ai plus le temps…
reggy
Fleur de pipelette
Messages : 525
Inscription : ven. 01 nov. 2019 13:25
Région : Picardie
Sexe : Homme

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par reggy »

opusoculi a écrit : mar. 17 nov. 2020 20:22 Conserver dans une greffe, l’axe de croissance d'origine ? Drôle de question.
Ma remarque vient du fait que j'ai lu (il faut que je retrouve les sources) que dans le cas d'un Ginkgo Biloba, les boutures auraient tendance à garder l'axe de croissance qu'elles avaient sur l'arbre de départ. Ce qui pose problème aux pépiniéristes. C'est possible que ce soit une "fausse information", je n'en sais pas plus, lecture au détour d'Internet. Alors si c'est vrai, même si il s'agit de boutures et non de greffes, je posais la question de cette "éventuelle" influence sur le système "naturel" que nous décrivait Misologue.
J'ai bien saisi que visiblement il n'y en a pas.
opusoculi a écrit : mar. 17 nov. 2020 20:22 Cette pratique est traumatisante, faut-il la désapprouver ? Ce n’est pas mon opinion mais certains ne la trouvant pas naturelle la désapprouvent au nom des perturbations ontogeniques = ontogénétiques que nous ‘infligeons’ aux êtres vivants y compris nous-même.
Le débat existe depuis la fin du 19°S dans toutes les sciences du vivant, y compris dans la psychanalyse et la médecine des humains.
Loin de moi cette pensée. Je soulignais simplement que Misologue insistait sur l'influence des traumatismes, et que, de base, nos Acer greffés sont "traumatisés" dès le plus jeune âge, et pas qu'un peu.
Ne pas prendre le termes Traumatisé avec une dose d'anthropomorphisme derrière évidemment.
opusoculi
Maitre des bosquets
Messages : 5978
Inscription : jeu. 01 sept. 2011 1:26
Région : Aquitaine
Sexe : Homme
Localisation : Gironde

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par opusoculi »

Misologue1 a écrit : mer. 18 nov. 2020 9:09 .../...
Le premier facteur de cette régulation est donc très logiquement le système racinaire du porte-greffe. .../...

.../... Ce qu’il faut retenir, c’est que la Ga endogène est toujours transportée du porte-greffe vers le greffon, c'est-à-dire sur de longues distances, avec toutes les modifications que le génotype du porte-greffe peut engendrer sur le phénotype du greffon.
Très bien; surtout avec le phénotype du greffon intégré à la fin.

A la fin de ton brillant exposé, je me propose de le copier dans le sujet où il devrait se trouver et faisant suite aux liens et documents sur le "Fontionnement des arbres . Documents."
viewtopic.php?f=118&t=197434
Ainsi , le complétant, il sera plus aisé de le retrouver.
Mes érables , printemps automne 2019. http://jalbum.net/a/1973986
Année 2018. http://jalbum.net/a/1974352
Rejane59
Graine de timide
Messages : 18
Inscription : ven. 23 oct. 2020 21:02
Région : Nord Pas-de-Calais
Sexe : Femme

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Rejane59 »

Merci Opusoculi. Je me doutais bien mais avant de faire des bêtises ......... Bonne soirée.
Maxtod
Graine de timide
Messages : 20
Inscription : lun. 26 oct. 2020 17:41
Région : Pays de la Loire

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Maxtod »

Bonjour à tous,

Mon pépiniériste vient de me mettre de côté un Summer Gold en pot de 15L.

Voici quelques photos du cultivar. Est-ce que vous voyez des anomalies?
Il y a quelques branches que je trouve bizarres car très grisâtres. Par contre, j'aime beaucoup sa forme.
Il vient d'être traité à la BB à priori.

Image

Image

Image

Image

Branche qui part de la base du tronc :
Image

Image

Image

Image

Image

Forme générale:
Image

En vous remerciant par avance et bonne journée :)
Avatar de l’utilisateur
CHANIWA
Fleur de pipelette
Messages : 526
Inscription : sam. 05 août 2017 11:40
Région : Rhone Alpes

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par CHANIWA »

Elles ont grises... parce qu'elles sont mortes.

Il faut qu'il passe chez le coiffeur.

Mais on dirait qu'il peine à se developper (avant dernière photo), beaucoup de branches mortes. Opus t'en dira plus.
Tu as regardé les racines ?
Maxtod
Graine de timide
Messages : 20
Inscription : lun. 26 oct. 2020 17:41
Région : Pays de la Loire

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Maxtod »

CHANIWA a écrit : ven. 20 nov. 2020 9:13 Elles ont grises... parce qu'elles sont mortes.

Il faut qu'il passe chez le coiffeur.

Mais on dirait qu'il peine à se developper (avant dernière photo), beaucoup de branches mortes. Opus t'en dira plus.
Tu as regardé les racines ?
Effectivement, il faut une très légère pression pour qu'elles cassent. C'est plus la 3ème et 6ème photo qui retiennent mon attention... peut-être pour rien :)
Je peux casser toutes les branches mortes?

Les racines étaient blanches orangées de mémoire. Le substrat ne me semblait pas très drainant. Je pense que si je le prend, je le mettrait dans un pot avec un substrat plus drainant (50% pouzzolane, 25% terre de bruyère, 25% terre de mon jardin) ou en pleine terre avec un trou 3 fois plus large que le pot et même substrat drainant décrit précédemment (avec écorce de pin en paillage en plus). Par contre, ils annoncent des températures nocturnes un peu froides prochainement. Mais pas de grosses gelées, 2 degrés minimum.

Coiffeur première semaine de mars si pas de confinement, c'est ça? :lol:
Avatar de l’utilisateur
CHANIWA
Fleur de pipelette
Messages : 526
Inscription : sam. 05 août 2017 11:40
Région : Rhone Alpes

Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par CHANIWA »

Tu ne casses pas, tu coupes toutes les branches grises/sèches, ensuite tu pulvérises sur l'ensemble de l'arbre du Nordox ou un produit avec du cuivre (bouillie bordelaise par exemple).
Pas de terre de bruyère, remplacer par un bon terreau (Or Brun).
Peut-être un peu tard pour le planter en pleine terre...
Et coiffeur en mars, c'est ça :top:

Mais avant de le prendre, attends l'avis d'Opus, certaines branches paraissent "bizarres".
Je me trompe peut-être ?
Le tarif est intéressant ?
opusoculi
Maitre des bosquets
Messages : 5978
Inscription : jeu. 01 sept. 2011 1:26
Région : Aquitaine
Sexe : Homme
Localisation : Gironde

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par opusoculi »

‘summer gold’ est sensible au soleil en été.
Ce sujet a été formé mais il a souffert il y a 2 ans => affaiblissement et perte de bouts de branches (les grises qui cassent entre 2 doigts, les enlever).
L’année dernière il a fait des rejets nombreux et longs; c’est sur eux qu’il faut compter. Les laisser dans un premier temps (on verra après la 1° taille de nettoyage et simplification à faire maintenant).

Tes photos, 100 à 200 k° sont difficilement enregistrables, Photoshop => 'Page failed to load’.
En bricolant j’en ai marqué quelques unes avec des traits rouges pour t’aider à tailler.
1- IMG-2613: Ex de branche qui a souffert qui ne se développera plus, à couper, il y a un rejet à la base qui servira de remplacement.,
2- vue générale (comme rappel de l'ensemble)
3-'Avant dernière' (c’est le nom de la photo): même principe que le 1° exemple, couper ce qui a souffert et ne se développera plus, laisser le remplacement qui est en bon état.
4-couper: toujours le même principe, là c’est clair, la pousse de 2019 a complètement séché, le rejet de 2020 vigoureux est à conserver.
Plus haut dans la même image, une branche dépérissant à supprimer.

Puis, nombreuses brindilles à l’intérieur à éclaircir.
Cette taille est en fait la taille de rajeunissement d’un jeune Acer un peu ‘abandonné’ en 2019.

Les rejets pourront être limités en longueur mais attendre fin février pour le faire.

Rempotage indispensable. Hiverner le pot à l’abri des pluies.
Je ne conseille pas de le mettre en pleine terre.
Pièces jointes
IMG-2613.jpg
der-générale.jpg
avant dernière.jpg
couper.jpg
Dernière modification par opusoculi le ven. 20 nov. 2020 13:11, modifié 6 fois.
Mes érables , printemps automne 2019. http://jalbum.net/a/1973986
Année 2018. http://jalbum.net/a/1974352
Maxtod
Graine de timide
Messages : 20
Inscription : lun. 26 oct. 2020 17:41
Région : Pays de la Loire

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Maxtod »

Merci Opu :top

Pas de contre indication si je comprends bien.
Seulement un peu de boulot :)

A rempoter dans un pot plus grand avec un substrat bien drainant.

Je vais le positionner le long de ma haie de charmilles fraîchement plantée (il va peut-être vegeter un peu les 2 premières années le temps que la haie prennent de la hauteur et soit plus épaisse) mais il sera habitué à l'emplacement
opusoculi
Maitre des bosquets
Messages : 5978
Inscription : jeu. 01 sept. 2011 1:26
Région : Aquitaine
Sexe : Homme
Localisation : Gironde

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par opusoculi »

A rempoter, oui.
Le mettre le long de la jeune charmille ?
-Pas cet hiver.
-Ni l’été prochain, au soleil de l’été il grillera. L’acclimatation n’est pas toujours réalisable, pour un cultivar sensible elle doit être tentée progressivement.
Mes érables , printemps automne 2019. http://jalbum.net/a/1973986
Année 2018. http://jalbum.net/a/1974352
Maxtod
Graine de timide
Messages : 20
Inscription : lun. 26 oct. 2020 17:41
Région : Pays de la Loire

Re: Re: Maladies des Acer, diagnostic et soins de culture.

Message par Maxtod »

Merci pour les conseils avisés :)
Répondre

Revenir à « Aux érables du Japon »