fumier et engrais

Ce forum est consacré à l'utilisation maitrisée des engrais et des produits phytosanitaires.
Pellia
Grappe de parlotte
Messages : 1534
Inscription : lun. 28 août 2017 11:30
Région : Rhone Alpes

Re: fumier et engrais

Message par Pellia »

Bonjour,
Les amendements sont des apports faits au sol, à partir de matériaux, en vue d'améliorer sa qualité. Ces apports visent généralement à corriger sa composition physique, biologique et chimique. Ils peuvent aussi être faits dans le but de revoir la structure et l'acidité d’un sol. L’apport de calcaire et un amendement. L’apport de fumier, compost et engrais verts sont des amendements et non des engrais, le but étant de former de l’humus. Ces trois éléments sont pauvres en azote, acide phosphorique et potasse. Pourquoi pauvres, l’on peut remplacer 1 tonne de fumier par seulement 50 kg d’engrais. Il n’y a que 10 à 15 kg d’éléments fertilisants dans une tonne de fumier
Les engrais sont des substances que l’on incorpore aux sols pour accroitre leur teneur en éléments nutritifs pour alimenter principalement les plantes en azote, phosphore, potassium et éventuellement en oligoéléments.
Attention, il ne s’agit pas de jouer à l’apprenti sorcier, une analyse du sol est nécessaire avant de vouloir modifier la structure d’un sol. Pour les engrais, la composition et les doses sont en fonction de la plante cultivée.
Avatar de l’utilisateur
nénesse 55
Grappe de parlotte
Messages : 1846
Inscription : mer. 26 sept. 2007 21:39
Localisation : en Meeuuhhse

Re: fumier et engrais

Message par nénesse 55 »

Saludas,
Un fumier va davantage se comporter en engrais que le même dégradé en compost. Le fumier va libérer environ 30% de son azote au cours de l'année et quasiment la totalité de ses K et P. A masse égale le compost est bien moins riche qu'un fumier attendu qu'une bonne fraction de ses éléments volatiles, en particulier le carbone et l'azote, ont été dilapidés en chaleur et dispersion dans l'atmosphère sous forme de gaz carbonique, gaz ammoniac et méthane, ce qui ajoute la pollution au gaspillage. Le compost, vidé partiellement de ses composés les plus accessibles, aura un effet chimique et structurel à plus long terme, mais minoré.
Le gros avantage du fumier épandu sur le sol, c'est que sa paille est un aliment de choix pour la faune. Biologiquement, outre sa fonction d'engrais, il est un excellent amendement
L'usage rationnel du compost tamisé devrait être réservé à une couverture recevant les semis de graines fines.
Il faut aussi tenir compte de l'accès aux matériaux dont on dispose. On opte sans restriction pour ce qui est le plus proche, gratuit ou à paiement symbolique, en fonction de ses moyens de transport, même s'il n'est pas idéal. Quand on achète, autant choisir le produit le plus approprié.
Faire l'analyse d'un sol est inutile pour un jardinier amateur disposant d'une surface anecdotique si on compare à un professionnel. Beaucoup d'intervenants du forum bichonnent une surface sur laquelle l'agriculteur ne pourrait même pas garer le tracteur et sa remorque. Par contre, le jardinier lambda dispose d'une clairvoyance et d'un sens pratique permettant de différencier un sol sableux d'une texture plus argileuse. Sans consulter de carte géologique, on sait si l'eau du robinet est plutôt dure ou mousseuse, de quoi envisager des apports calciques ou pas.
La minéralisation est d'autant plus rapide que le sol est aéré, donc riche en sable. Les apports, quels qu'ils soient, ont toujours intérêt à être fractionnés. En sol à tendance plus argileuse et au potentiel agronomique plus riche, le déficit d'aération conduit à procéder également par apports espacés afin d'éviter l'engorgement. Toutefois, on peut se permettre d'apporter des quantités importantes en surface si le sol porte une végétation bien implantée dont les racines pourvoient à l'émiettement en semoule. Procéder de façon identique sur un sol argileux nu et pauvre en humus ne peut que conduire à des déceptions.
Pellia
Grappe de parlotte
Messages : 1534
Inscription : lun. 28 août 2017 11:30
Région : Rhone Alpes

Re: fumier et engrais

Message par Pellia »

Bonjour,
Tu n’as certainement pas tort. Je prends un fumier au hasard, celui de bovin, c’est le plus pauvre et le plus courant. J’ai sous les yeux que pour 1 tonne de ce fumier, il y a en moyenne, 3 kg d’azote, un peu plus d’un kg d’acide phosphorique et 3 kg de potasse. J’ai ensuite, qu’il faut fumer tous les 3 ans à raison de 30 à 50 tonnes à l’hectare (10000 mètre2). Penses-tu qu’avec cet amendement je vais pouvoir cultiver du maïs grain (consommation humaine) et avoir un bon rendement ? Tu peux remplacer le maïs par des pommes de terre. Pour le bilan humus, il n’y a pas de problème, mais pour la fertilisation, c’est plutôt maigre.
L’eau calcaire qui fait mousser le savon comme une couenne de lard pratiquement tout le monde le sait, en revanche lorsque ces mêmes personnes n’arrivent pas, sous la douche, à se débarrasser de la mousse du savon, c’est la surprise.
Perso ce sont les adventices qui sont le « baromètre » du pH de mes terrains. En très grande culture, comme en Seine et Marne, tu peux chercher les adventices, les terres sont ultra clean ! Chez toi, je crois me souvenir que c’est clean.
Le fumier en granulé, je n’ai aucune information sur ses propriétés.
Répondre

Revenir à « Aux engrais et phytosanitaires »