disparition des phyto pour les particuliers

Ce forum est consacré à l'utilisation des produits phyto-sanitaires pour soigner et entretenir les plantes.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
msf
Fruit de la jacasse
Messages : 1176
Inscription : lun. 07 août 2006 16:38
Région : Bourgogne
Localisation : Brionnais

disparition des phyto pour les particuliers

Message par msf » mer. 08 mars 2017 11:24

Bonjour,

les bureaucrates ayant décidé que les particuliers n'auraient plus accès aux pesticides de synthese (cette année ils ne sont plus en vente libre et en 2019 ils ne seront plus en vente du tout), cela va poser des problèmes pour un certain nombre de ravageurs.

Par exemple
les thrips : résistants au pyrèthre, aucune alternative en bio sauf le Spinosad - sauf que le Spinosad n'est pas vendu en jardinerie !
Les Tarsonemes : aucune alternative efficace en bio les pyrethres n'agissant que par contact, cela pose probleme pour les cas où les tarsonemes se cachent.

Vos avis sur cette situation sont les bienvenus.

Avatar de l’utilisateur
jardiniere31
Roi du massif
Messages : 11303
Inscription : jeu. 10 janv. 2008 17:19
Région : Midi-Pyrénées
Sexe : Femme
Localisation : haute garonne,nord ouest de Toulouse

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par jardiniere31 » mer. 08 mars 2017 11:55

Mon avis?
Il était plutôt très urgent que les bureaucrates prennent enfin cette décision.
Et elle sera complète lorsqu'il y aura une vraie réglementation mondiale, pas juste en France alors que certain pays limitrophe pulvérise à tout va....
Les produits insecticides de synthèse comme les produits "bio" détruisent aussi bien les ravageurs que leurs prédateurs.
La solution: savoir attendre un peu que les prédateurs aient le temps de s'installer, çà peut prendre plusieurs saisons, et faire perdre une partie des récoltes mais c'est le prix à payer pour consommer des produits moins pollués.
Perso, je ne trouve aucun intérêt à cultiver des fruits et des légumes qui soient aussi nocifs que ceux vendus dans le commerce.

Pour ton problème de tarsomènes, voilà une solution

Image IPBA l'ancienne:

-1L d'eau macérée 24H
-Une ou deux gousses d'ail finement coupés
-Piments de Cayenne finement coupés
-L'extrait spiritueux de dauphinelle ou une infusion de tomates, de prêle, de réglisse, d'oeillet d'Inde.
-Vaporisez régulièrement, genre tous les 3 jours.

Et il y a des tas de traitements naturels pour maintenir des attaques dans des proportions acceptables :wink:

Avatar de l’utilisateur
renepontadit
Grappe de parlotte
Messages : 1918
Inscription : dim. 19 déc. 2010 12:34
Région : Rhone Alpes
Sexe : Homme
Localisation : Saint-Etienne

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par renepontadit » mer. 08 mars 2017 13:49

Bonjour à tous, voici une autre base de discussion, réflexion sur le sujet.
Il s'agit d'employer la méthode de l'homéopathie (ou de l'isothérapie ?).

Voici un lien :
http://produitsbiologique.blogspot.fr/2 ... lture.html

L'homéopathie au service de l'agriculture Herbert Tratter
Herbert Tratter est l’un de ces pionniers qui a commencé il y a de nombreuses années avec l’idée de ne pas mettre ni de cuivre, ni de soufre dans ses vergers et il a trouvé la solution pour y arriver. Il travaille aujourd’hui avec l’homéopathie qu’il a su adapter à l’agriculture.
Avant d’être paysans, Herbert à parcouru l’Europe comme commercial en contreplaqué. Puis l’envie de travailler la terre est revenu au galop. Sa compagne possédait un peu moins de 2 hectares de vergers entre Bolzano et Merano dans les Dolomites italiennes et c’est là qu’il s’est lancé dans cette grande aventure.
Pas évident de développer une nouvelle technique alors qu’autour de lui tous les arboriculteurs étaient et sont toujours de gourmands consommateurs de pesticides. Dès le début, en 1986, il a fait des essais en homéopathie mais aucune littérature n’existait à cette époque. Les premières années furent compliquées mais il a enfin trouvé une méthode qui fonctionne depuis plus de 14 ans.
Sa méthode consiste a prélever un petit peu de la maladie ou de l’insecte incriminé, puis de faire une teinture mère à partir de cet échantillon avant de le diluer plusieurs milliers de fois. Cette dilution est ensuite dynamisé dans de l’eau avant d’effectuer chaque traitement. Il s’est inspiré du concept de l’homéopathie sur l’être humain qui a déjà fait ses preuves.
Vergers
Pour replacer les choses dans leur contexte, Herbert a développé une biodiversité importante dans ses vergers. En plus de planter plusieurs variétés de pommiers et de poiriers à des densités assez larges (idéalement 4x5 mètres), il a également planté d’autres arbres et plantes comme des noyers, des abricotiers et de nombreuses plantes qui fleurissent à différentes époques de l’année pour nourrir toute la faune dont les abeilles.
La méthode d’Herbert Tratter consiste à :
1 - Élaborer la teinture mère
Prélever 15 à 20 champignons microscopiques dès qu’il commence à apparaitre sur les arbres (idéalement, ce travail se fait à la loupe binoculaire). Dans le cas d’attaque d’insectes, prélever 15 à 20 vers vivants (avec un petit aspirateur ménager si besoin).
Mettre les champignons ou les insectes (vivants) dans 25 ml de grappa ou autre alcool neutre de la région puis laisser 28 jours en plein soleil.
Filtrer l’ensemble et vous obtenez la teinture mère.
Note : Chaque teinture mère pour chaque maladie doit être séparée, il n’est pas possible de faire une teinture mère avec toutes les maladies en une seule fois.
2 - Faire les dilutions
La première dilution consiste à mélanger dans une bouteille en verre d’1,5 L, 1 ml de teinture mère dans 999 ml d’eau. Il faut ensuite donner 100 secousses (va-et-vient de la bouteille devant soi) et vous obtenez M1 (M pour dilution par mille).
La deuxième dilution consiste à mélanger dans une bouteille en verre d’1,5L, 1 ml de M1 dans 999 ml d’eau. Il faut ensuite donner 100 secousses et vous obtenez M2.
Ainsi de suite jusqu’à obtenir M7.
Note :
- À partir des 25 ml de teinture mère, il est possible de faire des dilutions M7 pour une vie entière. La teinture mère conserve ses propriétés.
- Il est possible de garder les dilutions d’année en année. Pas besoin de repartir chaque année à partir de la teinture mère.
- Herbert garde toujours de la dilution M6 pour faire M7 juste avant son traitement afin de réactiver un peu le processus.
- Chaque dilution pour chaque maladie doit être séparée, il n’est pas possible de faire les dilutions avec toutes les teintures mères ensemble.
3 - La dynamisation
Avant chaque traitement, Herbert Tratter effectue une dynamisation manuelle dans une grande cuve de 1000 L.
Dans une cuve mettre 900 L d’eau (pour 2 hectares, adapter le volume en fonction du pulvérisateur et de la surface à traiter).
Incorporer 1L de chaque dilution M7 pour chaque maladie que l’on veut traiter.
Dynamiser pendant 30 minutes. Herbert fait des cycles de 1 minute 30 à 2 minutes 30 dans un sens, il tient ensuite fermement son «balai» vers lui pour ralentir le mouvement et commencer à créer le chaos. Puis il tourne dans l’autre sens pendant 1 minute 30 à 2 minutes 30. Ainsi de suite.
La «bouillie de traitement» est prête à être utilisée (ça ressemble plus à de l’eau!!!).
Note :
- L’eau doit être de très bonne qualité, Herbert prend l’eau de la nappe phréatique (puits dans le village) mais il est possible de prendre de l’eau de pluie (comme pour les préparations en biodynamie, tout est expliqué dans le livre de Pierre Masson).
- La température idéale de l’eau est de 30°C mais cela peut varier un petit peu.
- Il est possible de dynamiser plusieurs dilutions M7 en même temps.
4 - Les traitements
Le choix de la date de traitement se fait de la même façon que si on utilisait du soufre ou du cuivre. Sur une année moyenne avec pas mal de précipitation, Herbert fait entre 15 et 20 traitements. Il lui arrive de faire des traitements à l’automne pour réduire la pression de certains insectes au printemps.
Herbert Tratter traite essentiellement 5 maladies dans ses vergers de pomme et de poire:
L’oïdium, La tavelure, Le carpocapse, La cochenille San José, Le puceron cendré


C'est un peu compliqué à expliquer, mais c'est assez facile à faire, à condition de démarrer avec des récipients très propres, et même stérilisés.
La règle des dilutions : les basses dilutions isothérapiques servent à stimuler la plante, tandis que les hautes dilutions (à partir de la 9ème CH) ont un effet neutralisant, freinateur, anti-quelque chose.
Merci de bien vouloir expérimenter et de partager vos résultats.
Cordialement. René.

Avatar de l’utilisateur
Michmich70
Fleur de pipelette
Messages : 973
Inscription : mar. 25 nov. 2014 6:12
Région : Franche Comté
Sexe : Homme

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par Michmich70 » mer. 08 mars 2017 14:49

J'ai pris il y a quelques années la décision de m'en passer, et je m'en trouve très bien. Si la pression se trouve momentanément trop forte, plantez ou semez davantage en mélangeant le plus possible pour éviter de créer des supermarchés à ravageur. Vous verrez que l'on arrive très bien à s'en passer.
Sans compter que le dosage des particuliers est quelques fois similaire à celui "Monsieur plus" rendant les légumes et fruits produits encore plus malsain que ceux de la grande distribution...

Nicole37n
Seigneur des paquerettes
Messages : 7717
Inscription : ven. 13 avr. 2007 22:59
Région : Poitou Charentes
Localisation : Deux-sèvres

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par Nicole37n » mer. 08 mars 2017 16:42

Merci René de nous avoir communiqué ces explications de traitements homéo.
Nicole

Avatar de l’utilisateur
colibri87
Empereur jardinier
Messages : 17490
Inscription : jeu. 22 mai 2008 15:15
Région : Limousin
Sexe : Femme
Localisation : Panazol, banlieue est de Limoges 67ans

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par colibri87 » mer. 08 mars 2017 17:22

Merci de vos avis :top:
Je plussoie :D
Il y a quelque chose de plus fort que la mort: c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants
(Jean d'Ormesson)

Avatar de l’utilisateur
emille
Liseron du clavier
Messages : 2196
Inscription : lun. 12 oct. 2009 9:50
Région : Nord Pas-de-Calais
Sexe : Homme

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par emille » mer. 08 mars 2017 19:53

J'ai souvent en mémoire mon propre exemple sur le traitement des pucerons avec du chimique.

Il y a environ une quinzaine d'années j'en avais raz le bol de cette odeur franchement désagréable des insecticides de synthèse. Je décide donc de ne plus traiter et d'installer des nichoirs à coccinelles. Pendant deux ans j'ai été emmerdé par les pucerons, j'étais envahie !!! Puis la situation s'est régulé d'elle même. J'ai encore des attaques de pucerons importantes mais elles finissent tjs par être canalisés par les auxiliaires. Et maintenant je sais reconnaitre une larve de coccinelle...

Par contre pour mes pdt je n'ai pas trouvé de solution satisfaisante. (on parle de toutes nouvelles variétés résistantes au mildiou) Ne me parlez surtout pas de la BB !!! J'utilise donc encore du chimique. Il n'y a, à ma connaissance aucune autre solution pour manger des pdt toute l'année. Bien sûr les primeurs ne sont pas traitées puisque la durée de végétation est courte et qu'elles sont consommées rapidement.

Depuis peu je suis confronté à deux terribles maladies sur mes buis. A ce jour seul le chimique obtient des résultats.

Cnl: La disparition du chimique pose de vrais problèmes. Mais au global j'y suis plutôt favorable. Cette disparition obligera les chercheurs à ... chercher ! J'y suis bien arrivé avec mes pucerons !

Il faut également savoir que bon nombre de produits phyto sont déjà interdit en agriculture. La liste ne cesse de s’allonger chaque année, surtout en France.
Un sou pour la plante, deux sous pour le sol

fanch_53
Pépinière à blabla
Messages : 2750
Inscription : ven. 08 mars 2013 0:27
Région : Bretagne
Sexe : Homme
Localisation : 29, e kreiz ar Breizh, er c'hreiz ar bed !

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par fanch_53 » mer. 08 mars 2017 19:55

Les phyto ne sont pas interdits au particulier, mais limités aux pnpp: il était temps d'empêcher mr tout le monde de jouer aux apprentis sorciers, le particulier étant le premier pollueur.

Par contre l'homéopathie... de telles dilutions sont infinitésimales, et négligeables comme "traces". J'ai grand peine à y croire, personnellement. Chacun voit midi à sa porte.

Pour les phytos la base de données officielle s'appelle e-phy.

Nicole37n
Seigneur des paquerettes
Messages : 7717
Inscription : ven. 13 avr. 2007 22:59
Région : Poitou Charentes
Localisation : Deux-sèvres

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par Nicole37n » mer. 08 mars 2017 22:06

L'homéo n'agit pas directement sur la plante et la maladie mais sur l'énergie de la plante et celle de l'agent destructeur. C'est une conception pas facile à accepter quand on est habitué à employer des agents destructeurs de maladies ou de bébètes....surtout que l'énergie ne se voit pas beaucoup et encore faut-il arriver à la voir.
Nicole

Avatar de l’utilisateur
colibri87
Empereur jardinier
Messages : 17490
Inscription : jeu. 22 mai 2008 15:15
Région : Limousin
Sexe : Femme
Localisation : Panazol, banlieue est de Limoges 67ans

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par colibri87 » mer. 08 mars 2017 22:12

Fanch, je pense que tu crois aux bienfaits de la vaccination : on injecte une forme atténuée de la maladie pour pousser le corps à réagir et se défendre.
Le principe de l'homéopathie est un peu similaire : on met en présence une dose infinitésimale de l'élément perturbateur qui pousse le système à réagir.....alors, pourquoi ne pas y croire ?
Seulement, c'est bien plus compliqué que cela et encore plus compliqué à mettre en oeuvre :?
Il y a quelque chose de plus fort que la mort: c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants
(Jean d'Ormesson)

fanch_53
Pépinière à blabla
Messages : 2750
Inscription : ven. 08 mars 2013 0:27
Région : Bretagne
Sexe : Homme
Localisation : 29, e kreiz ar Breizh, er c'hreiz ar bed !

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par fanch_53 » jeu. 09 mars 2017 2:34

La vaccination et l'homéopathie ont plusieurs ordres de grandeur de différence dans les dosages... Nicole quelle énergie? Je crois que c'est mon côté cartésien qui a du mal avec tout ça...

Perso je suis habitué à traiter en dernier recours, donc très rarement: je privilégie les associations de plantes et les auxiliaires.

Avatar de l’utilisateur
k6hte
Empereur jardinier
Messages : 19793
Inscription : mar. 26 juil. 2005 7:25
Région : Ile de France
Sexe : Femme
Localisation : Seine et Marne

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par k6hte » jeu. 09 mars 2017 8:30

ça fait de nombreuses annés que je ne traite plus , après avoir été responsable de la mort d'abeilles venues chercher le nectar des troènes ; sauf avec des recettes maison qui valent ce qu'elles valent mais au moins ne massacrent pas la nature ; et dans l'ensemble le jardin se débrouille très bien ; il n'y a que ces saletés de petites chenilles vertes qui résistent, car depuis deux ans les pies dissuadent les mésanges de nicher chez nous ; cette année nous avons éloigné les pies en coupant au fur et à mesure les grandes branches d'un marsault dans lequel elles s'installaient (elles ont de grands arbres dans la forêt toute proche), à voir ...

sinon une recette anti bébettes trouvée sur le forum et que j'utilise
dans un litre d'eau de pluie une cuiller à soupe de chaque
savon noir
vinaigre
huile de table
secouer et vaporiser
ça vaut ce que ça vaut mais ça marche sur les pucerons et les chenilles , à conditionde traiter dès le début de l'infestation
"Quand on s'indigne il convient de se demander si l'on est digne" Abbé Pierre

entrez-chez-k6bis-t182708-15.html

77300-fontainebleau-balades-foret-t135569.html

Avatar de l’utilisateur
msf
Fruit de la jacasse
Messages : 1176
Inscription : lun. 07 août 2006 16:38
Région : Bourgogne
Localisation : Brionnais

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par msf » jeu. 09 mars 2017 10:37

Pour les pucerons en effet il existe des prédateurs qui finissent par prendre le dessus, des fois il faut intervenir avant au risque de perdre une année mais il existe des produits bio efficaces.
Les politiciens/bureaucrate ne connaissent ils que les pucerons ? C'est bien possible.

Le probleme est que les ravageurs et maladies du jardin sont nombreux : Mouche du poireau, teigne du poireau, Drosophile Suzukii, mildiou, tavelure etc

Hors on ne peut pas tout traiter de manière efficace avec des produits bio : la drosophyle suzukii par exemple qui s'attaque a tous les fruits rouges + peche, prunes...
Récemment arrivée sur le territoire son potentiel destructeur est très inquiétant.
Pour le mildiou, il se trouve que la bouillie bordelaise finit par etre toxique pour le sol alors qu'il y a des fongicides de synthese qui ne sont pas plus toxiques pour notre santé que le cuivre et surtout s'accumulent moins dans les sols (puisque ils se dégradent).

Les solutions tels que le purin de plante n'en sont pas : les études n'ont pas montré leur efficacité, et aucun organisme sérieux n'en fait de nouvelles.
Il serait d'ailleurs temps que l'INRA fasse des études sur ces produits afin que l'ont sache une fois pour toute ce qu'il en est. Trouver des recettes sur internet n'est pas raisonnable. Chaque site les copie sur d'autres sites, on finit par lire partout que les purins sont efficaces alors que simplement chaque site web ou forumeur se contente de reprendre ce qu'il a trouvé sur d'autres sites.


Dire que les particuliers sont pire que les pro et que leur légumes sont pires que ceux en grande surface est faux et méprisant : les particuliers ne sont (tous) stupides, ils savent qu'il faut faire attention, les quantités de produits phyto qu'ils utilisent sont bien inférieures à celle utilisées par les professionnels . Seulement les politiciens manipulent l'opinion pour vous convaincre que en tant que particulier, vous êtes des incapables, des menaces...
Quel mépris de leur part, ne vous laissez pas berner.

C'est comme si demain on interdisait la voiture aux particuliers sous pretexte qu'elle est dangereuse, et que le seul moyen de se déplacer serait les transports en commun (moins dangereux, moins polluants). Personne ne serait d'accord.

Et demandez vous pourquoi il n'est pas prévu d'interdire les produits de synthese pour les pro, serait ce parce qu'ils sont parfois indispensables ? Des vignerons bio ont perdu leur certification car le cuivre ne suffisait pas réguler le mildiou, ils ont dû choisir entre perdre toute leur récolte ou leur certification.

Quel est l'interet de produire des fruits traités dans son jardin par rapport à ceux des grandes surfaces ? Le meme qu'il y a à produire des fruits non traités par rapport aux fruits bio des grandes surface, le plaisir.


En résumé, il faut accélérer la transition vers les traitements bios, mais de façon intelligente, il faut investir plus de temps , plus d'argent dans la recherche de meilleures solutions et ne pas tomber dans une idéologie qui fait parfois plus de mal que de bien (bouillie bordelaise). En attendant il est important que les jardineries soient mieux fournies en phyto bio (Spinosad introuvable ! huile de neem interdite !) et que les produits de syntheses soient autorisés quand il n'y a pas d'alternative.

Avatar de l’utilisateur
-ariane-
Grappe de parlotte
Messages : 1704
Inscription : lun. 06 déc. 2010 14:37
Région : Centre
Sexe : Femme
Localisation : Sud de l'Indre-et-Loire

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par -ariane- » jeu. 09 mars 2017 11:20

Pour moi tout traitement est potentiellement dangereux. Un insecticide, fut-il naturel, butera sans distinction nuisibles et auxiliaires.
L'avantage que l'on a quand on est jardinier amateur, c'est que l'on n'est pas tenu par une quelconque rentabilité, un objectif, un chiffre d'affaires... Donc pour moi, c'est zéro traitement jusqu'à présent, bio y compris.
Au passage, pour la mouche du poireau, une solution très efficace, le filet à insectes. Je ne l'utilise pas car je plante souvent des poireaux çà et là, et franchement les dégâts n'empêchent pas une récolte honorable pour le moment.

Avatar de l’utilisateur
colibri87
Empereur jardinier
Messages : 17490
Inscription : jeu. 22 mai 2008 15:15
Région : Limousin
Sexe : Femme
Localisation : Panazol, banlieue est de Limoges 67ans

Re: disparition des phyto pour les pariculiers

Message par colibri87 » jeu. 09 mars 2017 11:26

Tout a fait d'accord avec ariane :top:
Il y a quelque chose de plus fort que la mort: c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants
(Jean d'Ormesson)

Répondre

Revenir à « Aux phytosanitaires »