La fertilisation des choux-fleurs.

Ce forum est consacré aux discussions sur l'utilisation des engrais.
Avatar de l’utilisateur
aygues31
Prince du jardin
Messages : 9555
Inscription : mar. 30 janv. 2007 11:57
Région : Midi-Pyrénées
Sexe : Homme
Localisation : Région Toulousaine

La fertilisation des choux-fleurs.

Message par aygues31 »


Bonjour à tous et toutes,

Comme les autres posts ouverts sur ce sujet "de la fertilisation de nos légumes",
je viens de finir celui sur "la fertilisation des choux-fleurs".

L'intro qui se trouve dans ce post n'est pas, ici, répétée mais l'esprit est le même : aider chacun et chacune à vérifier ses pratiques en matière de fertilisation :
:love: Suis-je satisfait des résultats que j'obtiens ?
:love: Au regard de la manière dont je m'y prends, quelle amélioration puis-je attendre et en faisant quoi ?

La fertilisation des choux-fleurs

  • - Les besoins des légumes sont exprimés en Kg de minéraux par Hectare pour toute la durée du cycle production (cf. le post sur les besoins de nos légumes qui sera écrit bientôt)
    - Les apports sont exprimés en Kg de produit brut par hectare en sachant que Kg/Ha = Grammes / 10 m² ou en Kg (voire en grammes) pour une surface de 10 m².
:love: Les choux ... un monde !
Il existe un nombre assez colossal de types, de sortes, d'espèces ou de genres de choux ! ... au choix.
Afin de classer ces espèces pour en guider la conduite de la fertilisation, j'ai retenu :
  • :arrow: Les choux à tiges ... c'est simple, il n'y en a qu'un, avec des besoins nutritifs un peu particuliers : le chou de Bruxelles.
    :arrow: Les choux à inflorescences où l'on rangera les choux-fleurs, les brocolis et le romanesco.
    :arrow: enfin, les choux à feuilles ou à "pommes" (lisses ou pointues) avec le chou frisé, le chou de Milan, les choux cabus blancs ou rouges, le chou rave et les choux chinois.
Nous parlerons ici des seuls choux dits à inflorescences et plus particulièrement du chou-fleur. Et alors, quel jardinier n'a pas tenté cette culture et vite abandonné tant les résultats étaient désolants :twisted: des altises en pagaille, des chenilles qui dévorent tout en une nuit pour arriver à une petite pomme rabougrie, parfois grise et peu alléchante.

  • C'est une culture pas très facile à réussir mais si on fait bien attention à sa fertilisation, on est étonné du résultat.
    Le chou-fleur est un légume assez exigeant, surtout en potasse et si on pense qu'il va pousser tout seul, sans rien lui donner à manger ... on est vite déçu et on abandonne. Très dommage car le gout d'un chou-fleur, sorti du jardin, n'a rien à voir avec celui qu'on peut acheter à son GMS.
[/i]

:love: Les besoins nutritifs du chou-fleur
Les références ne sont pas nombreuses et les chiffres que l'on rencontre, tant pour les rendements que pour les besoins sont incroyablement différents, voire fantaisistes !
  • :roll: La filière légumes du Lot et garonne nous parle de choux "en général" avec des rendements à 70 t./Ha. On ne peut pas en retenir grand chose !
    :roll: Le Centre de formation du Rheu , en Bretagne, propose des exportations en NPK/Ha de 300-100-400 mais pour des rendements de 25 t./Ha, (ce qui est très modeste)
    :roll: Dans ce doc Canadien il est proposé pour l'azote : 130 à 190 Kg/Ha, 150 pour P et 250 pour la potasse, pour des rendements autour de 45 t./Ha.
    :roll: Plus sérieusement, ce doc du CTIFL (Centre Technique des fruits et légumes) fournit un tas de références sur les rendements et les exportations des légumes.
    On y trouve, pour le chou fleur, une synthèse qui nous propose de retenir, pour un rendement autour de 35 t./Ha des besoins autour de NPK/Ha : 175-60-200.
D'autres lectures insistent sur les besoins en potasse du chou-fleur, besoins bien plus importants pour cette espèce que pour les autres choux ne produisant en fait que des feuilles et ou l'azote a beaucoup plus d'importance.
Quand on ramène, l'ensemble des résultats des expérimentations de fertilisation du chou-fleur en Kg de minéraux par tonne de têtes de choux-fleur, on trouve un NPK de 4,0-2,2-6,8.
C'est ce que nous retiendrons pour nos jardins, en limitant l'apport azoté qui pousserait les "feuilles" au détriment des "fleurs" et qui fragiliserait les plantes au regard des diverses maladies.

:love: La production de choux-fleur au jardin.
Il est rappelé souvent de retenir des écartements suffisants pour que chaque plante ait l'espace nécessaire à son développement, mais quand on repique des choux, ils sont petits et on les serre souvent beaucoup trop.
Il faut planter les choux à 70 cm d'écartement tant sur la ligne qu'entre les lignes (20 000 pieds /Ha)

Quel rendement ? question importante pour la suite !
Les maraichers produisent des choux "calibrés pour la vente" et qui font, en général, autour d'un kilo, c'est ce qu'on trouve en GMS. Au jardin, on sait faire beaucoup mieux. Aucun intérêt de les cueillir si tôt, ils savent nous donner des pommes de 3 kg et même beaucoup plus à condition que la potasse soit la, disponible pour accompagner cette fin de production.

Pour le calcul des besoins de fertilisation, je vous propose de retenir 2,5 Kg qui, avec 20 000 pieds par Ha, nous amène à un rendement de 50 tonnes. Et avec des pommes de 3 Kg, ce qui est courant, c'est du 60 tonnes / Ha !
Nous avions retenu des besoins par tonne de NPK= 4,0-2,2-6,8, il nous faudra donc apporter à la planche de nos choux une fertilisation par hectare de NPK/Ha = 200-110-340 ... c'est ce que nous allons voir concrètement ci-après.
  • :kiss: Les propositions de conduite des fumures, ci-après, sont donc valables aussi pour le chou Romanesco et les choux brocolis.
:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Conduite avec apports de compost familial.
Si on possède du compost bien mûr, c'est l'occasion de bien le valoriser avec 4 Kg de compost par m².
Comme on ne plante souvent que quelques choux au jardin, cela revient à faire un bon trou de 20 cm en tout sens et d'y enfouir 2 bonnes pelles de compost à mélanger à la terre.

..........Image

Au regard des besoins des plantes, on a satisfait l'azote et le phosphore mais il reste à couvrir les besoins en potasse et en soufre. On se retrouve avec un gros excès en calcium qui ne nuira pas et viendra se combiner au complexe argile-humus de la préparation du trou de plantation.
  • Pour répondre aux propositions d'un lecteur, j'explique ce qui suit :
    1° on va compléter les apports fertilisants du compost avec des engrais minéraux pour arriver à la satisfaction des besoins, en culture conventionnelle, puis en culture biologique.
    2°) Dans un 2ème temps, on refera les mêmes calculs mais, cette fois, sans avoir apporté de compost depuis 2 ou 3 ans sur la parcelle.
:oh: En culture conventionnelle :
Pour couvrir les besoins en potasse, nous apporterons, à la préparation du sol, avant la plantation, 150 gr. de patenkali sur 10 m². Les reste sera apporté en cours de saison.
Attendu que les besoins en potassium sont maximum au cours de la formation la plus intense des feuilles mais aussi en début du grossissement des têtes, on étalera l'apport du reste en 2 fois : 80 gr. de chlorure de potasse environ 1 mois après le repiquage et les autres 150 gr. de patenkali au tout début de formation des têtes, à chaque fois pour 10 m².

..........Image

Aucun besoin complémentaire en azote ou en phosphore. Quant au magnésium et au soufre, le patenkali les aura apporté.

:oh: En culture biologique :
Le compost va induire un excès de calcium et de magnésium ... ce n'est pas grave.
On n'aura qu'un apport de potasse à réaliser. On mettra 130 gr. de potasse organique sur 10 m² (dans le trou de plantation , mélangé au compost, avant le repiquage des plants).

..........Image

Environ 1 mois après, on apportera à nouveau 130 gr. sur 10 m² de potasse organique, apport qui sera à nouveau répété en tout début de la formation des têtes.
Ces apports de potasse suffisent à couvrir tous les besoins, surtout rien d'autre, c'est absolument inutile.

:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Conduite avec des "seuls engrais" (sans apports de compost familial)
L'absence de compost au pied des plantes va nous entrainer à un peu de "pharmacie" si nous ne voulons pas nous retrouver avec des choux chétifs et des très petites têtes rabougries.

:oh: En culture conventionnelle :

..........Image

A la préparation du sol, on pourra apporter 45 gr. de cendres par m² ... ce sera fait.
Lors de la plantation des jeunes choux : on fera un bon trou pour ameublir la terre et on y mélangera 400 gr. de ternaire "courant" (6-15-30) et 200 gr. d'ammonitrate , le tout sur 10 m². Ce sera la nourriture du départ.
Environ 1 mois après la plantation : Épandre à nouveau 270 gr. d'ammonitrate et 400 gr. de patenkali sur 10 m²
En tout début de la formation des têtes : Épandre les reste de ternaire "courant" soit 300 gr. sur 10 m².

:oh: En culture biologique :

Comme en culture conventionnelle, il faudra fractionner les épandages de minéraux pour fertiliser correctement.


..........Image

A la préparation du sol, on pourra apporter 45 gr. de cendres par m² ... ce sera fait.
Lors de la plantation des jeunes choux : on mélangera dans le trou de plantation 800 gr. d'organo-minéral (3-7-15) et 500 gr. de sang séché, le tout sur 10 m². Ce sera la nourriture du départ.
Un mois après la plantation, on fera un autre apport de 700 gr. de sang séché et de 400 gr. de patenkali sur 10 m²
Enfin, au tout début de la formation des têtes, on épandra 600 gr. d'organo-minéral sur 10 m².

Et par chou :?: cela donne quoi ?
Comme on ne plante souvent que quelques choux-fleurs au jardin et qu'il n'est pas facile de raisonner à la surface, j'ai pensé utile de résumer tous les tableaux de ce post en un "tableau par chou" :

.......Image

Des besoins particuliers en magnésium, en soufre et en bore.
Ces trois minéraux dits secondaires ou des oligo-éléments, qui peuvent manquer au jardin et perturber la croissance de ces crucifères. On en dit deux mots :

- La carence en magnésium.
On la rencontre principalement par blocage du magnésium en terrain très calcaire ou par carence du minéral en sol sableux acide.
Les feuilles les plus âgées présentent des marbrures brunes, voire violacées près de la marge. Au fur et à mesure de la pousse, ces taches envahissent toute la plante avec des teintes oranges à la face inférieure des feuilles. Seules les jeunes feuilles restent bien vertes en cas de carence très prononcée.
  • :veryhappy: Une solution : Une épandage de sels d'Epsom (engrais magnésien et soufré à action rapide) au pied des plantes.
- La carence en soufre.
Les choux sont des crucifères à gros besoins en soufre. Ils vont consommer autant d'azote que de soufre !
La carence en soufre se traduit par une décoloration des feuilles qui présentent des taches jaunes qui peuvent concerner toute la feuille. Seuls les bords des nervures restent bien verts. Cette carence se confond facilement avec la carence en azote mais commence toujours par les feuilles les plus jeunes.
  • :veryhappy: Une solution : Choisir ses fertilisants au regard de leur teneur en soufre (Patenkali ou Potasse organique : autour de 45% de SO³)
- La carence en bore.
S'il y a beaucoup de coquelicots dans les alentours du jardin, c'est très beau mais il vous faut craindre une carence en bore.
La carence en cet oligo-élément mobile et très lessivable, entraine une malformation des choux-fleurs avec des fentes ligneuses sur les tiges souvent creuses, des plantes qui poussent lentement et une coloration rose, puis brune, à la surface des pommes.
Cette carence en bore se rencontre plus particulièrement dans les sols très alcalins (pH > 7,0) ou très acides (pH < 4,5) et en particulier en cas de sécheresse temporaire qui accentue ce phénomène de mauvaise nutrition.
  • :veryhappy: Une solution : On peut corriger cette carence avec un apport de borate de soude (Borax) à raison de 5 gr. /m²
  • :paix: A chacun maintenant de témoigner sur ses propres pratiques,
    d'intervenir sur les questions qu'il se pose à la lecture de cette fiche
    mais aussi de proposer les améliorations de son contenu qu'il juge opportunes.
:welcome: Dans divers endroits du site, on parle de chou-fleur :
Des fiches existent sur le site : ICI et LA

:welcome: Dans les divers forums du site, on discute "chou-fleur" :
:pc: Des choux-fleurs ... sans fleur
:pc: Des échanges intéressants sur sa culture
:pc: Les feuilles mangées ou grignottées

:pipe: Bonne lecture et à +
Pièces jointes
Choux-fleur - Résumé par plante..JPG
Choux-fleurs - Minéraux sans compost en bio..JPG
Choux-fleurs - Minéraux sans compost en conventionnel..JPG
Choux-fleurs - Minéraux avec compost en bio..JPG
Choux-fleurs - Minéraux avec compost en conventionnel.JPG
Choux-fleurs - Apports du compost.JPG
la bonne excuse des mauvais jardiniers ? ... la lune! :lol:

Une enquête sur la qualité des TERREAUX :top:
Viens participer, on a besoin de toi
Avatar de l’utilisateur
Singha
Seigneur des paquerettes
Messages : 8464
Inscription : dim. 28 août 2011 9:02
Région : Ile de France
Sexe : Homme
Localisation : Seine et Marne

Re: La fertilisation des choux-fleurs.

Message par Singha »

Je garde très précieusement. Merci Aygues.
Excellente ton idée de descendre les besoins au niveau du chou.
Cordialement
Mon bassin
Répondre

Revenir à « Aux engrais »